juillet 1 / Non classé

Président et co-fondateur de l’association Onze Janvier, le journaliste franco-algérien Mohamed Sifaoui est actuellement la cible d’une violente campagne de dénigrement. Parmi les (nombreux) griefs invoqués pour réclamer son boycott médiatique, on croise une vieille rumeur : Mohamed Sifaoui aurait « bidonné » un reportage sur l’infiltration d’une cellule terroriste, auquel il doit une part importante de sa notoriété en France. Décryptage. 2004 – C’est Alain Gresh qui, dans L’Islam, la République et le monde (Fayard, 2004) fut parmi les premiers à mettre en cause la probité…

Lire la suite... Mohamed Sifaoui : un « intellectuel faussaire » ?

juin 27 / NOTES & DOCUMENTS

Un spectre hante la France : l’islamophobie. A en croire certains lanceurs d’alerte, la détestation des musulmans s’étalerait au grand jour, relayé par des philosophes égarés et des médias dévoyés qui rejoueraient ainsi l’antienne xénophobe des années 30. Dans Islamophobie, la contre-enquête, Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau, loin de contester l’ampleur des actes délictueux, ont cherché à démêler ce qui relève d’une névrose obsessionnelle d’une partie de la société française et ce qui tient plutôt de l’instrumentalisation, l’extension abusive du mot « islamophobie » s’inscrivant…

Lire la suite... La déferlante « islamophobe », légende urbaine (Marianne n°924)

mai 20 / ARTICLES

Aux termes de la capitulation du 5 juillet 1830, le Maréchal de Bourmont s’engageait au nom de la France à ce que « L’exercice de la religion mahométane [reste]libre » en Algérie. Dans l’ordre judiciaire, cet engagement allait se traduire par le maintien de la population conquise sous l’empire de la loi musulmane, et ce jusqu’à l’indépendance algérienne, en vertu d’un décret du 1er octobre 1854 dont le principe sera consacré par le sénatus-consulte du 14 juillet 1865[1]. En outre, conformément au décret du 17 avril 1889,…

Lire la suite... LE « CODE MORAND » DEVANT LA MAGISTRATURE MUSULMANE – L’impossible réforme du droit familial dans l’Algérie coloniale (1904-1926)

mars 21 / ARTICLES

Bien que la loi de Séparation des Églises et de l’État prévoie expressément que la République ne salarie ni ne subventionne aucun culte, ce principe connaît de nombreuses dérogations. Ainsi les municipalités peuvent-elles prêter leur concours à l’édification de nouveaux lieux de culte au moyen de trois mécanismes distincts : en garantissant les emprunts contractés par les associations religieuses, en accordant des subventions pour financer la construction des parties « culturelles » des édifices cultuels, et, last but not least, en mettant à disposition des terrains constructibles par…

Lire la suite... Rapport Maurey : la Séparation des Églises et de l’État en sursis ?

Isabelle Kersimon, avec qui j’ai coécrit Islamophobie, la contre-enquête (Plein Jour, 2014), a récemment accordé plusieurs entretiens dans le cadre de la promotion de l’essai (blog de Pierre Cormary, Radio J, Judaïques Fm) dans lesquels elle exprime des opinions qui se démarquent si nettement des thèses centrales du livre, les contredisant même parfois, que je me vois dans l’obligation de rappeler ces thèses. Isabelle Kersimon a accepté de cosigner ce livre. A-t-elle depuis changé de vue ? En toute hypothèse, si elle a parfaitement le droit de…

Lire la suite... Mise au point sur les contradictions de Isabelle Kersimon

février 24 / ARTICLES

Dix ans après l’interdiction du « port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics » par la loi du 15 mars 2004, une nouvelle proposition de loi appelle à étendre cette prohibition aux « salles de cours, lieux et situations d’enseignement et de recherche des établissements publics d’enseignement supérieur.[1] » Destinée à contrer « une montée de revendications religieuses et communautaristes » à l’Université, la mesure proposée par le député Éric Ciotti (UMP) reprend la lettre et l’esprit d’un avis controversé…

Lire la suite... LA « NOUVELLE LAÏCITÉ » AUX PORTES DE L’UNIVERSITÉ

Christian Authier – Vous rappelez que le néologisme « islamophobie » a une longue histoire, mais comment expliquer son nouveau « succès » contemporain en France et ailleurs ? Jean-Christophe Moreau – Le terme d’islamophobie, inventé en France à l’époque coloniale, est « réactivé » à la fin des années quatre-vingt-dix. Il s’est imposé à l’issue d’une guerre d’usure diplomatique, conduite par un étrange attelage de fondamentalistes religieux et d’organisations antiracistes auprès des instances internationales et européennes pour instaurer un délit de « diffamation des religions ». Mais il s’est aussi imposé parce que…

Lire la suite... Ce qu’islamophobie veut dire (L’Opinion Indépendante)

janvier 8 / Non classé

Ré-édition d’une note initialement publiée en juin 2007 sur le site littéraire de Juan Asensio. Avec une pensée évidemment particulière pour tous les #jesuischarlie de la vingt-cinquième heure qui, après avoir prôné l’auto-censure au nom d’une conception délirante de l’antiracisme, redécouvrent comme un seul homme les vertus de la liberté d’expression. Contre tous ceux qui viennent aujourd’hui, à la faveur d’un appel à l’unité nationale, se refaire une virginité morale sur la dépouille de ceux qu’ils ont calomnié avec tant de passion. « L’homme communautariste,…

Lire la suite... CHARLIE HEBDO EN PROCÈS, UNE CHRONIQUE DE L’INTÉGRISME ORDINAIRE